Du 08/10 au 10/12/2018, dans le cadre de l’élaboration du Plan de prévention du bruit dans l’environnement des infrastructures de transport terrestre relevant de la compétence de l’État, les Turbiasques* sont invités à consulter le projet de PPBE et d’apporter leurs avis et observations.

En application des dispositions du code de l’environnement relative à la lutte contre  les nuisances sonores, un Plan de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE) est en cours de réalisation concernant les grandes infrastructures de transport terrestre dépassant les seuils du trafic (fixés à 3 millions de véhicules par an pour les voies routières est à 30 000 passages de train par an pour les voies ferrées).

L’État est chargé, pour les infrastructures relevant de sa compétence, d’organiser la mise en consultation réglementaire de son PPBE élaboré par les gestionnaires de ses infrastructures.

Dans les Alpes-Maritimes, sont concernées : la voie ferrée littorale et les autoroutes A 8 et A 500.

Le PPBE de ces infrastructures vient d’être élaboré. Il sera mis à la consultation du public du lundi 8 octobre au lundi 10 décembre 2018 inclus.

Le document sera consultable sur le site Internet ici :

www.alpes-maritimes.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-risques-naturels-et-technologiques/Bruit

A la suite de cette lecture, les personnes qui le souhaitent sont invitées à déposer leurs remarques, observations ou avis à l’adresse électronique suivante :

ddtm-ppbe@alpes-maritimes.gouv.fr

Une consultation des documents au format papier sera également possible, aux heures d’ouverture des bureaux, après rendez-vous pris auprès de la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) des Alpes-Maritimes – Tél. : 04 93 72 75 29.

Une fois la période de consultation expirée, les informations collectées seront analysées afin qu’une réponse leur soit apportée dans le cadre de la note réglementaire concluant cette consultation. Et le PPBE 2019–2023 sera alors soumis à l’approbation du Préfet.

(*) : les Turbiasques ainsi que tous les habitants des Alpes-Maritimes résidant dans une commune traversée par la ligne de chemin de fer littorale et / ou l’A8 et l’A500.